La consommation collaborative

par

La consommation collaborative émergente favorise l’usage à la propriété. L’usage d’un bien, d’un service ou autres y est optimisé par le partage sous quelque forme qu’il soit.

Avec la crise, à l’heure où le moral des consommateurs est en berne à cause de la hausse de la TVA, des prix qui flambent, des impôts qui se durcissent, certains d’entre eux gardent le sourire : une véritable alternative à la société de masse, du tout pour soi semble émerger avec l’essor du « co » : co-voiturage, jardins partagés,, co-bureau mais également le co-lunching …

Aujourd’hui, en ville, à la campagne, à Paris ou en province, jeunes ou vieux, homme et femmes, on partage tout ! Achat groupé, achat d’occasion, co-location : grâce à internet, le partage prend de l’ampleur à l’heure de la crise.

La fin d’une société de consommation ?

Pas vraiment : si la consommation a longtemps été fondée sur l’accumulation d’apres Patrice Duchemin, sociologue spécialiste des tendances de consommation, elle s’appuie aussi sur la circulaiton des biens. Hors nous sommes en constante évolution et cela ne signifie pas exclusivement une nouvelle façon de fonctionner : on peut avoir son vélo et utiliser son Vcub/vélib/vélov !

 Vers une consommation plus altruiste

Location, prêt, échange de particulier à particulier, achat en commun : la consommation collaborative a plusieurs visages

internet est devenu le catalyseur de ce nouveau système : les sites fleurissent et proposent de vendre ou d’acheter comme vide-dessing.com ou d’echanger instantanément comme pretachanger.fr

L’idee? renouveler gratuitement son dressing par le biais de 1 article échangé, un article reçu en retour ! Ce système D organisé ne s’arrête pas là : le book crossing, un monde parallèle de lecteurs un peu particuliers : il s’agit de « libérer les livres que l’on a lu n’importe où afin qu’un nouveau lecteur ne s’en empare et n’aille partager sur le site www.bookcrossing.com son expérience.

 

La clé de voute de la consommation collaborative est le temps. Car si le système permet une économie financière, il faut s’armer de patience pour trouver chaussure à son pied ! (ou livre ou co-voitureur !

L’echnage de services en est le meilleur exemple : ils proposent une réelle amélioration du quotidien et de la qualité de vie de tous ses membres en proposant services, compétences, conseils et savoir faire à échanger contre analogues ! un concept que vous retrouverez sur echange-de-service.com ou encore troc-services.com qui permettent de mettre en relation des propriétaires via des petites annonces selon leurs requêtes.

 

La toile, également un lien social.

Le plus gros succès du collaboratif est le co-voiturage. Qui permet d’amortir a voiture personnelle, un budget familial énorme alors qu’elle reste à l’arret pres de 92% du temps !  Le loyer, autre pôle de cout élevé est une autre source de partage, que ce soit personnel, ou professionnel !

La consommation collaborative, c’est un véritable état d’esprit basé sur la confiance raconte Antonin Leonard. Mais elle ne s’arrête pas là : co-lunching, locations de vacacnes, financement collaboratif …

Et si ce système ne remplace pas la consommation de masse, elle fait pourtant de l’ombre à l’économie courante. Car à échanger un produit auquel on prête plusieurs vies, on achète moins.

 

Qui sont ces maitres de la consommation collaborative ?  maitres d’une économie si florissante ? la nouvelle génération ? les BOBOS écolos ? ? toutes les catégories sont mélangées, jeunes et moins jeunes, alter consommateurs et consommateurs de masse, et les profils ne sont pas forcément militants.  Un vrai mélange de population donc ! à laquelle on peut tout de même accorder un point commun : l’état d’esprit : il ne s’agit pas seulement de faire des économies. Le côté ludique attire : il s’agit d’une nouvelle manière de penser la consommation, une manière plus humaine !

L’idée centrale, se connecter sur internet permet aussi de mieux partager dans la vraie vie. Contre tout attente, internet peut donc aussi donner un nouveau souffle aux échanges humains !

 

D’apres l’article d’Aurélie RENNE

Retrouvez ici des sites de consommation collaborative :

http://lesmoutonsenrages.fr/2013/08/06/100-sites-de-consommation-collaborative/

 

Répondre